SOFILM #91 – Jeff Bridges

8,50

Sofilm n°91 : Jeff Bridges, roi du cool !
Egalement : James Gray en tournage, Ovidie, Jeff Goldblum, Alain Chamfort…

387 en stock

En kiosque le 16 mai

En couverture : Jeff Bridges, roi du cool !

Voilà six décennies qu’il promène son flegme. Traversant les époques l’air de rien, Jeff Bridges s’est ménagé une place douillette dans l’imaginaire collectif. Une vraie figure populaire, unanimement désignée par ses pairs comme l’homme le plus cool d’Hollywood.

Au-delà de l’inoubliable Dude de The Big Lebowski, Bridges a construit une carrière d’une rare longévité, jonglant nonchalamment entre superproductions, cinéma d’auteur, et même quelques ovnis avant-gardistes. À 72 ans, il fait partie des derniers mastodontes en activité mais reste encore sous-estimé. Un peu trop relax, le Dude ?

26. Noé Debré : « Les politiques français ne comprennent rien à l’Europe »
Hors cadre. Avec Parlement, il s’infiltre avec finesse dans les coulisses de l’Union européenne. Brexit, montée des extrêmes, ogre allemand et billards à trois bandes… Il décrypte notre rapport à cette technocratie mal connue et mal aimée.

30. Ben Foster : « Les acteurs font le sale boulot »
Entretien. Ben Foster porte les plaies des personnages qui ont meurtri sa chair depuis bientôt trente ans. Son dernier chemin de croix ? Une histoire vraie, celle du boxeur Harry Haft à Auschwitz, dans The Survivor. Le rôle d’une vie ?

32. Guerre en Ukraine
Reportage. Depuis le début de l’invasion russe en Ukraine, un cinéma désaffecté de la capitale moldave Chișinău s’est transformé en centre d’accueil pour les réfugiés. Plongée dans ce lieu où se mêlent aux souvenirs du septième art, l’effroi de la guerre.

© Apolline Guillerot

36. Esdras Registe, le roman d’un joueur
Portrait. Autoproclamé « déconneur et branleur », Esdras Registe tente une reconversion tardive en comédien, quitte à prendre quelques raccourcis et à ruser pour arriver en haut… Si son nom ne vous dit rien, ça ne devrait pas durer.

40. Kathleen Kennedy, la dame de fer
Portrait. À la tête de Lucasfilm, la super-productrice paie le tribut de son ascension fulgurante. Aux côtés de Steven Spielberg et de son mari Frank Marshall, elle a refaçonné le visage de la pop culture, brassant des milliards de dollars sous une pluie d’oscars. Une faute dont on l’accuse, depuis qu’elle fait prospérer sans état d’âme l’héritage de George Lucas…

46. Figurants à tout prix
Enquête. Côtoyer des stars et découvrir les coulisses d’un tournage : le monde de la figuration fait parfois rêver. Face à cet engouement, certains ont eu l’idée de faire des annonces de figuration un petit business très rentable.

50. Le Grand Rex
Story. Sa tour art déco est un point de repère sur les Grands Boulevards à Paris. En 2022, le Grand Rex fête ses 90 ans. Autant d’années au fil desquelles il s’est démené pour rester le roi des cinémas parisiens.

80. Albert Brooks : « Je n’aime pas l’improvisation »
Entretien. Les cinéphiles le vénèrent pour son rôle de journaliste ronchon dans Broadcast News ; les autres se souviennent sans doute de sa bonne tête frisée dans Taxi Driver ou chez Judd Apatow. Mais Albert Brooks, c’est aussi une carrière entamée dans le stand-up et poursuivie derrière la caméra. Une filmographie mal connue sur laquelle il revient, aujourd’hui, avec gourmandise

86. Bénin : dernière séance
Reportage. Entre nostalgie d’un âge d’or révolu et espoirs de renouveau, reportage dans les dernières salles obscures du pays vaudou, transformées en bars, salles de sport et même en bureaux de vote…

94. Jeff Goldblum : « Les scientifiques sont cool ! »
Entretien. Près de trente ans après le premier volet, il revient semer le chaos dans Jurassic World : Le Monde d’après. Pas blasé pour un sou du grand spectacle hollywoodien, l’acteur-jazzman continue de clamer son amour pour les scientifiques et le cinéma de David Lynch.

98. Armageddon Time
Reportage.
Avec Armageddon Time, James Gray fait son « 400 Coups ». Le New-Yorkais born and raised revient avec son film le plus autobiographique, tourné dans le Queens et sur lequel plane l’ombre du magnat Trump. Paparazzi, tests Covid et post-production en live… Récit exclusif derrière l’épaule d’un des grands maîtres en activité.

106. Ovidie : « Je suis une mauvaise féministe, j’ai aimé Mektoub My Love »
Entretien. Podcast, docu, série… Elle est sur tous les fronts ces temps-ci. Ovidie revient sur ses débuts dans le cinéma X, ses mauvais souvenirs au Festival de Cannes, le male gaze de Kechiche et sa passion cinéma bis en VHS.

© Xavier Lambours

112. Il était une foi
Enquête. Dans ces films 100 % eau bénite, défilent des Christ en croix, des pécheurs repentis et des religieux en pagaille. Bienvenue à Godlywood, une industrie florissante et totalement autonome, de ses producteurs à ses projections dans les méga-églises. Ce succès ne laisse pas indifférent Hollywood, qui se rapproche discrètement de ce monde parallèle et multiplie les blockbusters porteurs de valeurs traditionnelles. Enquête sur le miraculeux business des films chrétiens.

118. Alain Chamfort
Entretien. Dandy nonchalant, Chamfort cultive un certain goût de la séduction avec une rare délicatesse. Ce charme discret à la Henry Fonda, Serge Bozon en joue dans le Dom Juan qu’il présente cette année au Festival de Cannes. Il trouve là le plus bel écrin pour jouer de son charme gracile. Pour l’occasion, il nous dit tout haut ce qu’il chantait jusqu’ici tout bas.

122. Jean-Pierre de Lucovich
Extra. Jean-Pierre de Lucovich en a connu du beau monde, depuis ses débuts chez Paris Match dans les années 60. Ce fanatique de films noirs se souvient des « monstres sacrés » qu’il a croisés. Entre Brigade mondaine, déambulations viriles chez Castel et veillées funèbres.